Capoeira

Publié le par Gaby Chapman

Textes et photos : Gaby Chapman

 

C'est l'histoire d'une fille qui  décide d'aller se balader du côte de Montmartre par un bel aprés-midi de mars.


Je prends un bon bouquin, pour me poser sur la plus haute marche du sacré cœur pour profiter de la vue sur les toits de Paris.


j'adore ce lieu.

 

 

montmartre-foule.jpg

 

 

Vous sortez du métro de la ligne 2 à la station Anvers, vous montez la rue pavée, qui est embouteillée de touristes, prêtez l'oreille et vous entendrez toutes sortes de langage différents. Slalomez entre les voitures et les personnes, amusez vous à regarder les gens jouer de l'argent sur la chaussée pour trouver le pion marquée d'un point blanc (j'ai découvert que je suis une joueuse redoutable et que je pourrais ainsi arrondir mes fins de mois).


Vous arrivez en bas du sanctuaire, commencez à monter les escaliers, essayez de passer entre les mails du filet tendu par une partie de la jeunesse africaine pour vous faire une bague avec des fils de couleur... l'astuce pour éviter de vous faire "embêter" c'est de dire que vous êtes mariée et de porter une bague à l'annulaire de la main gauche (aussi précieux que des cours de self défense pour repousser les avances masculines).


Ensuite vous montez les escaliers et les rampes d'accès jusqu'au sommet (il faut bien faire un peu de sport) pour vous prendre pour Amélie Poulain.
 
Une fois arrivés au sommet, admirez en même temps les spectacles que sont un coucher de soleil et un spectacle de rue.

 

 

 

 

Vous pensez être dissimulée derrière votre livre du moment, si vous êtes seule vous sentirez un regard braqué sur vous, et là vous découvrez un métis originaire du Brésil (pas compliqué il avait drapeau de son pays sur son bas de jogging) avec un sourire comme ça. Polie vous lui rendez son sourire, ni une ni deux le voilà assis à vos côtés en train de vous expliquer avec un accent irrésistible et une voix douce qu'il est danseur de capoeira avec une troupe, mais que pour ce soir c'est fini.
 
Il vous fait patienter un peu et vous propose d'aller marcher et prendre un café... étant caféinomane j'accepte.
Nous nous quittons après avoir échangé nos numéros de téléphone.
 
Il me recontacte le dimanche pour me dire qu'il voudrait bien me montrer ce qu'il fait avec sa troupe et qu'il sera le mardi place de l'étoile en haut des champs Elysées (une rue très très peu touristique de Paris), le rendez-vous est pris.
Nous nous retrouvons un peu avant l'arrivée des autres et il s'échauffe, transformant le banc public en salle de gym. Le reste  de la troupe arrive, et là j'assiste au ballet de six corps magnifiques, tous plus beau les uns que les autres.
A un moment, il s'approche de moi et me demande de le masser avec une lotion pour éviter les coups de soleil (j'essayais de passer pour une simple touriste, à ce moment là ce n'est plus possible)....
 
Je dois le quitter... et plus de nouvelles...

 

montmartre.jpg

 

 

Le week end dernier je me baladais seule toujours près de Montmartre et je retombe sur mon danseur et sa troupe, il vient me faire la bise quand il m' a reconnue et me dit "j'ai perdu ton numéro de portable, peux tu me recontacter pour que je puisse l'enregistrer", surprise je lui demande si c'est la vérité, "oui, oui" je le rappelle le lendemain et laisse un message sur sa boîte vocale.
 
Hier soir, un appel en numéro masqué, je décroche et là une voix féminine me demandant, si j'avais bien contacté "mon brésilien préféré".
Je réponds que oui et me voilà l'objet d'un interrogatoire en règle pour connaître ma relation avec "Monsieur". N'ayant rien à cacher je m'exécute de bonne grâce.
 
J'oubliais de préciser que cette douce personne (cela n'est pas de l'ironie) est sa copine et qu'elle est enceinte de lui....
 
 
Vous les hommes................ 


Pour descendre de la butte de Montmartre, j'ai une technique particulière car il se trouve que les escaliers sont souvent bouchés, mais les escaliers de droite en descendant sont bordés d'allées larges en pierres polies au même niveau que les escaliers. Je me déchausse si j'ai ballerines pour ne pas glisser et je dévale toute la butte sur cette allée vide ce qui me permet de redescendre beaucoup plus vite que la moyenne (à ne pas réaliser par temps de pluie) et de me sentir plus libre. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Les chroniques

Commenter cet article

Emilie 28/05/2011 13:50



Franchement, il y a un truc avec les hommes que je ne comprendrait jamais, vraiment...



Onee-Chan 28/05/2011 15:57



J'étais à peu près sûre que ça te parlerait... A vrai dire il y a quelques temps je t'aurais dit pareil, mais en ce moment j'ai deux copains qui se font tromper régulièrement par leurs nanas...
Donc, je sui un peu pommée et je ne sais plus trop quoi répondre, vois-tu... Les exceptions qui confirment la règle...?



Audrey 13/05/2011 22:00



Oh sérieux ! Il a abusé sur ce coup la !



Onee-Chan 13/05/2011 22:22



Et malheureusement il n'est pas le seul, puisque j'ai déjà sorti ma cops qui a écrit ce billet d'un autremauvais pas... bon pour les moults autres elle s'est débrouillée :-)


Il me tarde de lire ton prochain billet alors ^^



gaby 12/04/2011 16:38



merci pour vos commentaires que cela soit pour les photos ou l'article.


oui pauvre jeune femme enceinte qui va passer le reste de sa grossesse à espionner le portable de son ami. ll y a des chances que je recroise mon "brésilien préféré", et je crois que ce jour là
cela va être trés trés drôle.


Il ya des coins très sympats dans Paris 


 



fadela 12/04/2011 08:51



t'as de la chance ! d'avoir une vue pareille



Bottines 11/04/2011 10:44



Belle histoire même si la fin n'est pas des plus agréables pour toi ! Mais peut être croiseras tu la route d'un autre beau brésilien :)