La suite croustillante du tag de sweety (2/3)

Publié le par Onee-Chan

Et c'est reparti pour des moments de folies d'autres confessions.

 

Suite au tag d'hier, il me restait deux questions auxquelles répondre :

 

 

Mauvais souvenir : Je ne vais pas vous parler de mon plus mauvais souvenir, qui n'est pas drôle du tout, mais plutôt de souvenirs de fac, c'est plus drôle - enfin maintenant...


- Comme toute étudiante qui se respecte, je sortais pas mal. Sauf qu'un jour j'ai déménagé, et que jusqu'à la fin de mon déménagement j'habitais avec mon frère chez une copine prof qui, comme moi, a un mal fou à dormir.

 

Un soir d'hiver je sors avec mes potes, la soirée se termine tard, vers 3 ou 4h du matin. Un copain me raccompagne - pour une fois j'ai écopé du seul qui n'était pas bourré mais c'est une autre histoire - jusqu'à la porte de l'immeuble. Je rentre, on se dit au revoir, je monte jusqu'à l'appart et là... La clé ne tourne pas dans la serrure ! Nan, c'est la fatigue et les vapeurs d'alcool (notez que je suis très loin d'être saoule, hein, pour les mauvaises langues qui se demanderaient !), je recommence : c'est la bonne clé, la bonne porte (là je vérifie), et alors pourquoi ça ne fonctionne pas ? Et d'un coup je sais : mon frère a dû rentrer avant moi et laisser les clés sur la porte le c... ! Bon, pas grave, je prends mon courage à deux mains et je frappe doucement à la porte. Rien. J'essaye plus fort. Rien. J'appelle sur les portables : coupés. Le fixe ? Merde ! Je l'ai pas ! La sonnette ? Non là j'ose pas quand même, parce que je sais ce qu'il va se passer : c'est ma copine qui POUR UNE FOIS a l'air de bien dormir qui va se réveiller, pas le coupable.

 

Bon bah, vous savez quoi, quand vous devez vous lever à 6 heures et qu'il en est 3 ou 4 ben, vous vous roulez en boule sur le tapis devant la porte, dans le courant d'air de l'ascenceur, en priant très fort pour que quelqu'un doive se lever à peu près à temps pour que vous puissiez vous changer !!!

 

clemoral

 

- Vous trouvez ça dingue ? Attendez ! J'ai enfin déménagé. Je vais de nouveau à une soirée étudiante le même hiver, je rentre vers la même heure, raccompagnée d'un autre copain à peu près lucide et très attentionné qui ne veut pas me laisser à ma porte d'immeuble et qui me dit, avant de tourner les talons et un sourire moqueur sur le visage : "Non, ouvre d'abord, je te promets je pars ensuite". Ni une ni deux, j'ouvre la première porte  de mon immeuble et lui, rassuré, s'en va.

 

J'arrive à la seconde porte de sécurité, je tourne la clé, et là... Rien !!! Naaan mais nan quoi, c'est juste pas possible ! D'accord, cette porte rippe tous les jours mais en général je trouve le truc pour l'ouvrir ! Bon d'accord, j'appelle souvent les voisins pour qu'ils ouvrent de l'intérieur, mais en plein jour ! Non pas moi, pas maintenant s'il vous plaît je suis fatiguée et j'ai un petit partiel demain, pitié !!! 

 

Bah nan, rien n'y a fait, mes prières restent vaines et me revoilà roulée en boule dans le sas d'entrée de mon immeuble, dans une ville étudiante où tous les jeunes passent en me regardant allongée par terre comme une clodo tandis qu'ils rentrent, eux, tout cela sous la lumière automatique qui s'allume dès que je bouge, et autant vous dire que quand on grelotte : on bouge souvent !

 

Au moins la première fois on ne me voyait pas ! Bon je vous rassure, quand mon cerveau s'est reposé une heure et que j'ai ouvert un oeil, presque à l'heure de se lever, j'ai eu une illumination : je pouvais atteindre une seconde porte en sortant et faisant le tour par derrière, mais là j'avais intérêt à ne pas rester enfermée dehors ! 

 

 

scelles.jpg

 

- Vous en voulez encore ? C'est parti : Ce matin là, fraîche comme une rose avec mon heure de sommeil et avant mon partiel, on sonne à ma porte. Ma voisine de palier - une fonctionnaire à la retraite - me demande complètement paniquée si c'est moi qui ai bougé le scotch dans le couloir.

 

Là comme ça de bon matin j'hésite entre mes hallucinations festives ou la folie de la bonne-femme.

 

Voyant probablement ma tête ahurie, elle me montre la porte à l'autre bout du couloir. En effet dès que j'ai aménagé ici, j'ai remarqué cette porte, qui semblait condamnée par des bouts de scotch comme sur une scène de crime ; je pensais que c'était un ancien local à poubelle ou un truc comme ça ; en fait je n'en pensais rien, je ne me suis jamais vraiment posé la question. Grave erreur ! Si je l'avais fait, j'aurais appris qu'il s'agissait en réalité de la porte d'un appartement habité par un fou - oh si, si, et vous imaginez ma joie d'apprendre que j'habite à côté d'un dingue sans le savoir, hein, on aurait pu me le dire quand j'ai acheté vous croyez ? - qui était interné la plupart du temps (Ah bé quelle chance !). Mais la voisine était bel et bien paniquée, parce que les bandelettes lui servaient apparemment à vérifier que personne n'était entré en son absence (un genre de paranoïa ou un truc comme ça ? Mais pas seulement vous allez voir !). Et la voisine de rajouter : "La dernière fois que les "scellés" avaient bougé, il a hurlé à la mort toute la nuit en se prenant pour un chien dans le couloir, pissant à ma porte pour marquer son territoire" !!!

 

Nan mais quand je vous dis que j'ai de la chance, moi !

 

 

Je parle, je parle, mais du coup je vais être obligée de vous raconter mes souvenirs d'enfance demain matin, les enfants ! En attendant un peu à vous de me raconter vos galères !!!

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Les défis

Commenter cet article

Élucubration 06/06/2011 09:49



Rho punaise l'histoire du fu furieux est terrible ! Les gens se gardent bien d'en parler pour pouvoir louer leur appartement ! XD Il t'en a fait baver par la suite ou il s'est tenu à carreaux ?



Onee-Chan 06/06/2011 15:14



Par chance par la suite je n'ai plus entendu parler de lui et j'ai déménager (sans relation de cause à effet), merci de t'inquiéter pour moi  ;-)



Natacha 03/06/2011 16:38



Un souvenir de jeune femme et non d'enfance pour rester dans l'esprit de ton billet. Un jour en fin de matinée, j'ai descendu la poubelle en tenue de nuit, chaussons, la porte s'est refermée, je
me suis retrouvée dehors comme une nouille... j'ai sonné chez la voisine qui a ri bien entendu de me voir ainsi et a téléphoné à mon conjoint (mon ex mari aujourd'hui)... il n'a pas trouvé cela
très drôle.



Onee-Chan 03/06/2011 22:17



Ca me rappelle un épisode de desperatehousewives ça! Ta vie est vrai feuilleton alors



Douar_Nevez 02/06/2011 22:13



Bisous et bonne soirée.



gaby 02/06/2011 18:27



je me souviens avoir fermer la porte de mon appart, pour aller chercher du pain en bas de mon immeuble, qui avait une porte sécurité (3 points) et au moment ou elle claque je me dis les clefs!!!!
elles etaient effectivement à l'intérieur.


le mieu prevoir un double et le laisser chez un voisin ou ami!!!!



gaby 02/06/2011 18:27



je me souviens avoir fermer la porte de mon appart, pour aller chercher du pain en bas de mon immeuble, qui avait une porte sécurité (3 points) et au moment ou elle claque je me dis les clefs!!!!
elles etaient effectivement à l'intérieur.


le mieu prevoir un double et le laisser chez un voisin ou ami!!!!



Onee-Chan 03/06/2011 22:05



Je m'en souviens aussi effectivement !!!