Les anonymes seront démasqués... Non, pas les alcooliques ! (2/2)

Publié le par Onee-Chan

Comme je vous l'annonçais hier, la revue Digital Investigation a fait paraître une étude sur une nouvelle technique mise au point par des chercheurs de l'Université de Concordia et permettant d'identifier apparemment efficacement les auteurs de courriels anonymes.

 

Des tests ayant prouvé la précision de cette méthode, celle-ci est, contrairement à de nombreuses autres, recevable en Cour.

 

Le coauteur de l'étude nous rappelle l'augmentation de la cybercriminalité, qui commence parfois par la réception de courriels anonymes menaçants, pornographiques, viraux, et peut consister en  des échanges de messages entre criminels. Actuellement la police utilise souvent la fameuse adresse IP pour remonter jusqu'aux coupables, mais peut se heurter à la pluralité de personnes se "cachant" sous une même adresse. C'est alors qu'intervient la méthode nouvelle, afin d'identifier précisément l'auteur des méfaits.

 

Monsieur Fung  et ses collègues ont répondu à cette demande en élaborant une technique basée sur la reconnaissance de la parole et l'exploitation de données. Leur approche est basée sur l'identification des caractéristiques fréquentes, c'est à dire des combinaisons uniques des particularités récurrentes dans les courriels des suspects ! C'est passionnant la science, non ?

 

Plus précisément, afin d'identifier le coupable, il conviendra par conséquent d'identifier ses particularités de langage, puis d'éliminer celles qui sont communes aux autres suspects, pour ne garder que celles qui lui sont propres. CQFD. Car en effet les récurrences restantes seront des caractéristiques propres à l'auteur, un peu comme son "empreinte écrite".

 

Cette méthode nous est présentée comme tout aussi précise que l'identification par empreinte digitale...

 

"Supposons, par exemple, qu'un courriel anonyme contienne des coquilles ou des erreurs grammaticales, ou qu'il soit entièrement rédigé en lettres minuscules, explique le professeur Fung. Nous utilisons ces caractéristiques pour créer une empreinte écrite. Grâce à cette méthode, nous pouvons déterminer avec une grande exactitude l'auteur d'un courriel et déduire son sexe, sa nationalité et son niveau d'instruction." 

 

Personnellement je crois en l'efficacité de ce genre de méthode, mais comme indice, non comme preuve irréfutable, et surtout en matière criminelle. Alors ai-je raison ? Les chercheurs ont éprouvé leur méthode grandeur nature : ils ont épluché 200 000 courriels réellement rédigés par 158 employés de l'entreprise Enron Corporation. Par l'analyse de 10 courriels par sujet pour 10 sujets, soit 100 courriels en tout, ils ont identifié leurs auteurs, avec une précision allant de 80 à 90%. Est-ce assez précis pour une condamnation, je vous laisse vous faire votre opinion. Mais c'est au moins un indice non-négligeable pour orienter une enquête, ou au contraire y mettre le point final et confirmer d'autres preuves.

 

La force de leur méthode, est qu'elle est présentable devant une Cour puisque les enquêteurs seront en mesure de décrire la manière dont ils ont procédé pour en arriver à leur conclusion, ce qui n'est pas le cas d'autres techniques plus ambigües. Et leur étude a été réalisée à partir de réelles affaires de cybercriminalité, ce qui tend à prouver son efficacité dans ce domaine précis encore peu solutionné jusque là.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Les chroniques

Commenter cet article

RENE DE PICARDIE 25/04/2011 19:31



Personne n'a pensé à couper les ordinateurs et à s'écrire par la Poste avec de bonnes vieilles enveloppes ?



Onee-Chan 25/04/2011 19:47



Non car je ne pense pas que ça résolve le problème à moins d écrire avec des lettres découpées dans des magazines comme les corbeaux... qui va inventer le mail anonyme avec des mots copié collé
de web magazines...? Lol



Volette 25/04/2011 17:34



Cette méthode, moi, me fait flipper. C'est dingue le ombre de trucs que l'on fait et où on est ''fliqué''. Je ne dis pas que c'est inutile dans certaines affaires, mais tout de même. Flippant.



25/04/2011 19:51

A voir a l usage mais c est un moyen a posteriori si il y a eu un probleme, donc je trouve cela moins indiscret que les betes stat de nos propres blogs qui elles nous espionnent... non ?

Mariposa magica 25/04/2011 16:06



En tant que diplômé de 3 doctorats en droit des aff' droits des soc' et droit pén', ma réponse est claire et non ambigüe : probabilité insuffisante pour constituer une preuve!! 


 


Mais de toutes façons je m'en fiche je m'amuse à faire des ronds de poudre magique grâce à la mariposa magica qui remplace mon curseur!!



25/04/2011 20:04

Droit des affaires et droit des sociétés sont deux doctorats séparés...? Bref, en tout cas c est suffisant aux states, mais c est clair que ce n est surement pas fiable a 100 pourcent comme beaucoup de methodes dailleurs. Par ex, je reponds a vos comms d un telephone que j ai emprunté, il est donc clair que mes fautes et oublis ne sont pas revelateurs et tromperaient les experts qui l ignoreraient !!! Lol
Ps : aristote serait fiere de ton nom...

DarkGally 25/04/2011 11:31



C'est impressionnant, mais ça fiche un peu les jetons...



Onee-Chan 25/04/2011 12:14



Oui, parce que cette méthode pourrait me permettre d'identifier mes commentateurs anonymes de l'article précédents... MDR


En fait ils voulaient sûrement tester la méthode, les petits plaisantins !!!